Xenoblade Chronicles 2 a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© le 12 janvier 2017 pour une sortie internationale le 1er dĂ©cembre de la mĂȘme annĂ©e sur Nintendo Switch. Comme dit en introduction, bien qu’Ă©tant prĂ©sentĂ© sous forme d’une seconde itĂ©ration, Xenoblade 2 n’est pas la suite de Xenoblade Chronicles. Les jeux ont cependant quelques relations entre eux. Il a reçu une extension l’annĂ©e suivante, Torna : The Golden country, sortie en septembre 2018. Torna Ă©tait comprise dans le pack d’extensions achetable en mĂȘme temps que le jeu original et a donc Ă©tĂ© directement activĂ© pour ceux qui l’ont pris. Sinon, il a Ă©tĂ© commercialisĂ© sous forme d’un jeu autonome ne nĂ©cessitant pas le premier pour l’avoir.

xc2 © Nintendo/Monolith Software

xenoblade2torna © Nintendo/Monolith Software

Gameplay

Nous sommes en terrain connu, Xenoblade 2 reprend les acquis de ses deux grands frĂšres. Nous explorons ici le monde d’Alrest qui rappelle par bien des Ă©gards celui du premier Xenoblade. Le voyage rapide est lĂ , le systĂšme de combat est toujours basĂ© sur une liste d’Arts et une attaque automatique avec un temps de recharge.

Le systĂšme de combat a reçu quelques changements notables. Les personnages sont appelĂ©s des Drivers, ils ont en effet une aptitude particuliĂšre qui est d’Ă©veiller une Blade et de se battre avec. Les Blades sont des la manifestation physique (humanoide ou animale) de la conscience des armes des personnages. Elles ont un rĂŽle particulier (tank, heal, DPS, rien ne nouveau) et le joueur peut en changer Ă  volontĂ© en combat moyennant un temps de recharge entre deux Blades. Il peut s’associer avec trois Blades au maximum. Chaque Blade Rare a des aptitudes qui lui sont prĂ©dĂ©finies tandis que les Blades normales sont gĂ©nĂ©rĂ©es alĂ©atoirement lors de la sĂ©ance d’Ă©veil. Cette possibilitĂ© d’avoir trois Blades avec soit a induit un gros changement : le personnage ne peut lancer que 3 Arts par Blade. PlutĂŽt qu’une barre d’action en bas de 9 techniques, il a seulement 3 cases liĂ©es aux boutons de la manette qui changent en fonction de la Blade active. Une Blade est liĂ©e Ă  un Driver et ne peut ĂȘtre transfĂ©rĂ©e que grĂące Ă  un objet rare du jeu.

Si dans les prĂ©cĂ©dents Xenoblade l’affinitĂ© entre les personnages Ă©tait une composante importante du combat, ici c’est devenu l’essence-mĂȘme. En effet, le nombre limitĂ© de techniques Ă  l’instant T a Ă©tĂ© compensĂ© par la possibilitĂ© de faire des combos. Selon l’affinitĂ© Ă©lĂ©mentaire des Arts que vous lancez, ou que les autres personnages lancent, une invite apparaĂźtra pour enchaĂźner un combo. Ceci remplira un tableau des diffĂ©rents affinitĂ©s Ă©lĂ©mentaires utilisĂ©es pour exploiter l’attaque enchaĂźnĂ©e. En effet, au fil effets infligĂ©s Ă  l’adversaire, l’attaque enchaĂźnĂ©e permettra de “casser” des bulles de couleur qui tourneront autour de ce dernier. Plus vous parvenez Ă  en casser en lançant la technique associĂ©e, plus vous ferez de dĂ©gĂąts. Ce profil d’attaque est indispensable pour Ă©liminer un puissant adversaire dont les attaques sont trĂšs changereuses sur les longs combats.

CĂŽtĂ© exploration, nous sommes dans la mĂȘme mĂ©canique que les prĂ©cĂ©dents. Il y a des quĂȘtes annexes Ă  faire dans les nombreuses villes et un tableau d’affinitĂ© comme toujours. Un des rajouts du jeu est liĂ© au mĂ©tier du protagoniste, Rex, qui est un RĂ©cupĂ©rateur. Cela consiste en la rĂ©cupĂ©ration de trĂ©sors dans la mer de nuages dans laquelle Ă©voluent chaque Titans. Par ce moyen, le joueur peut rĂ©cupĂ©rer diverses objets utiles mais aussi tomber face Ă  des ennemis imprĂ©vus.

Outre au combat, les Blades ont aussi un usage sur le terrain. Celles-ci possĂšdent des aptitudes pour rĂ©soudre diffĂ©rentes actions de jeu : collecter des ressources, parlementer avec un PNJ, atteindre une zone inaccessible, etc. Tout ceci se dĂ©veloppe grĂące Ă  un arbre de talents spĂ©cifique Ă  chaque Blade qui se dĂ©bloque grĂące Ă  des points obtenus en combat. Pour les autres Blades, le joueur obtient au bout de quelques heures la possibilitĂ© de les envoyer en Mission pour qu’elles acquiĂšrent ces points d’Ă©volution. Les Blades rares ont toute une sĂ©rie de quĂȘte en relation avec leur histoire propre ou leur personnalitĂ©.

Dans l’add-on Torna, le systĂšme de combat a Ă©tĂ© quelque peu revu pour ĂȘtre beaucoup plus dynamique. Les Blades ne sont plus de simples Ă©lĂ©ments de soutien mais elles prennent part au combat. Ainsi, au lieu d’alterner entre les Blades pour un Driver, le joueur est en capacitĂ© de jouer le Driver et les Blades avec lesquelles il est entrĂ© en rĂ©sonnance. Les Blades ou joueurs en arriĂšre plan remplissent le rĂŽle de personnage de soutien.

Histoire

Le monde d’Alrest ne possĂšde aucun continent. Il est recouvert d’une “mer de nuages” Ă  la consistance proche de l’eau sur laquelle Ă©voluent plusieurs Titans. Ces crĂ©atures gĂ©antes sont le lieu de vie des diffĂ©rentes espĂšces vivantes d’Alrest. Elles tournent en rond autour de l’Arbre Monde, un immense arbre qui se dresse jusqu’aux cieux et qui est inaccessible au commun des mortels. La lĂ©gende raconte que les humains sont originaires du sommet de l’Arbre monde oĂč se trouve “Elysium” et leur crĂ©ateur, l’Architecte et qu’ils auraient Ă©tĂ© chassĂ©s pour vivre sur les Titans.

xc2azurda © Nintendo/Monolith Software

Rex est un jeune orphelin travaillant comme rĂ©cupĂ©rateur pour la Trade Guild d’Argentum. Il vit sur le dos d’un titan du nom d’Azurda qu’il surnomme “papy” et qui est principalement son seul ami. Il est un jour recrutĂ© pour une mission de rĂ©cupĂ©ration assez spĂ©ciale commanditĂ©e par un groupe appelĂ© “Torna”. Leur objectif est de retrouver un vaisseau qui a sombrĂ© sous la mer de nuage. Arrivant Ă  leur objectif et rĂ©ussissant Ă  le renflouer, Rex est accompagnĂ© de ses trois clients, Jin, Malos et Nia, des Drivers, pour explorer l’intĂ©rieur du vaisseau. Ils arrivent finalement Ă  une chambre dans laquelle repose une Blade lĂ©gendaire connue sous le nom de l’Aegis : Pyra. A ce moment-lĂ , tout bascule et Rex est tuĂ© par Jin ou moment oĂč il s’apprĂȘtait Ă  toucher l’Ă©pĂ©e de Pyra. Il se rĂ©veillera dans un champ vert et ensoleillĂ© oĂč Pyra lui expliquera qu’il s’agit de ses souvenirs d’Elysium. Elle demandera Ă  Rex si ce dernier veut l’y accompagner pour qu’elle puisse y retourner. En Ă©change de la moitiĂ© de sa vie, elle ressucite Rex et entre en rĂ©sonnance avec ce dernier. DĂ©clenchant les foudres du groupe Torna qui avait pour objectif de rĂ©cupĂ©rer Pyra, il sera poursuivi et attaquĂ© par ces derniers sans relĂąche.

xc2rex © Nintendo/Monolith Software

Rex, Pyra, mais aussi Nia seront sauvĂ©s de justesse par Azurda lors de l’affrontement. Commencera alors pour Rex, dĂ©sormais Driver de l’Aegis, sa quĂȘte pour aller Ă  l’Elysium afin de tenir sa promesse envers Pyra, en explorant un monde au contexte gĂ©opolitique tendu. En effet, certains Titans sur lesquels les CitĂ©s Etat d’Alrest sont installĂ©es sont en fin de vie et leurs dirigeants cherchent Ă  tout prix un moyen de migrer sur un autre… Indirectement, Rex, Pyra et Nia se verront embarquĂ©s dans une bataille politique de deux CitĂ©s Etat au bord de la guerre en plus du fait que Malos et Jin comptent bien reprendre Pyra.

xc2metsu © Nintendo/Monolith Software

Avis

Xenoblade 2 apporte une certaine diffĂ©rence par rapport aux prĂ©cĂ©dents. Le protagoniste est un peu plus jeune et le style narratif est trĂšs proche du genre Nekketsu. Il est d’ailleurs trĂšs inspirĂ© de l’animation japonaise en raison d’un des scĂ©naristes qui a toujours travaillĂ© dans ce domaine. On y retrouve Ă©galement beaucoup d’humour issu de l’animation, ce qui peut potentiellement surprendre le joueur habituĂ© Ă  la licence. En effet, Rex est quand mĂȘme une sacrĂ© tĂȘte Ă  claque typique des hĂ©ros de shĂŽnen. La plastique extrĂȘmement plantureuse de Pyra/Mythra, le cĂŽtĂ© tsundere de Nia, les quiproquos basĂ©s sur des sous-entendus sexuel, on est clairement dans un dĂ©lire d’otaku complĂštement assumĂ©.

Cela n’entĂąche pas non plus cet opus qui est bien foutu cĂŽtĂ© scĂ©nario et a rĂ©ussi Ă  tirer de maniĂšre cohĂ©rente un lien avec son grand frĂšre original. Il apporte une dose de tragĂ©die et de retournements de situation bien amenĂ©s et parfois mĂȘme trĂšs crus. Comme vous pouvez le constater dans l’histoire, celle-ci est trĂšs inspirĂ©e de la religion chrĂ©tienne avec la notion “d’Eden” depuis lequel les humains ont Ă©tĂ© exilĂ©s par un “crĂ©ateur”. Au fil du scĂ©nario beaucoup d’autres Ă©lĂ©ments continuent de s’en inspirer, notamment les Aegis qui reprĂ©sentent les Blades les plus puissantes.

Niveau direction artistique, les personnages du jeu ont Ă©tĂ© dessinĂ©s par diffĂ©rents crĂ©ateurs. En effet, les protagonistes ont Ă©tĂ© dessinĂ©s par Masatugu SaitĂŽ, dont le CV n’est pas trĂšs Ă©toffĂ© (Captain Earth, Cyborg 009 Call of Justice, etc). Du cĂŽtĂ© des antagonistes, c’est un nom un peu plus cĂ©lĂšbre qui s’y est collĂ© en la personne de Tetsuya Nomura, le designer principal de la sĂ©rie Final Fantasy. Son style Ă©tant souvent sujet Ă  dĂ©bat, ici il est restĂ© relativement soft sans tenues trop excentriques. Un mĂ©lange de styles qui se marrie trĂšs bien et donne un trĂšs bon rĂ©sultat Ă  l’Ă©cran avec des personnages trĂšs expressifs et bien animĂ©s. Les Blades ont Ă©tĂ©, quant Ă  elles, dessinĂ©es par une palanquĂ©e d’artistes diffĂ©rents.

Au niveau de la musique, l’OST est dans la mĂȘme lignĂ©e que Xenoblade puisque composĂ© avec les mĂȘmes mains que ce dernier. La direction musicale a Ă©tĂ© prise en charge par Yasunori Mitsuda lĂ  oĂč ce dernier n’avait composĂ© que la chanson de fin du premier jeu, ici il en aura produit 25 sur les 120 pistes. Le style global est assez ressemblant sans pour autant ĂȘtre de la redite.

LĂ  oĂč Xenoblade 2 pĂȘche un peu plus, c’est d’abord dans son systĂšme de combat qui est horriblement mou au dĂ©but du jeu. Le fait de devoir attendre l’auto attaque pour recharger les techniques engendre une latence forte dans les combats, couplĂ© au fait que le moindre mob est un sac Ă  PV. Lorsqu’on fini par dĂ©bloquer un panel de personnages plus complet ainsi que leurs Blades, la dynamique arrive enfin, mais c’est assez rebutant. Fort heureusement, Torna gommera ces dĂ©fauts dans sa version du systĂšme de jeu. Je n’ai pas refait le jeu depuis la sortie de Torna, mais il me semble que certains dĂ©fauts de gameplay ont Ă©tĂ© aussi corrigĂ©s par patch sur le jeu principal.

Un autre souci de Xenoblade 2 Ă©tait sa lenteur globale dans la moindre action. Je dis bien “Ă©tait” car les patchs sortis aprĂšs ont aussi rĂ©parĂ© ce dĂ©faut. Ainsi, on ne pouvait pas passer la cinĂ©matique de rĂ©sonnance d’une Blade, les sĂ©ances d’invocation Ă©taient interminables. Les actions terrain se dĂ©roulaient avec l’addition des compĂ©tences de chacune des Blades mises Ă  contribution et un petit blabla Ă  chaque fois, horrible. Lorsque les Blades revenaient de mission, elles racontaient toute leur vie et impossible d’Ă©viter ces sĂ©quences. Monolith a rectifiĂ© le tir, mais ces quelques dĂ©fauts ont donnĂ© l’impression que le jeu Ă©tait sorti un peu trop tĂŽt.

Concernant Torna, celui-ci devait ĂȘtre Ă  l’origine une chapitre entier de Xenoblade 2 jouĂ© passĂ© un certain Ă©vĂ©nement pour introduire une prĂ©quelle dans le fil conducteur de l’histoire et comprendre la motivation de diverses personnages. Faute de temps, il fut coupĂ© et seuls quelques flashbacks avaient Ă©tĂ© intĂ©grĂ©s au jeu principal. Torna se passe 500 ans auparavant et raconte comment la “Guerre des Aegis” a fait rage et dĂ©truit le Titan Torna, fait depuis racontĂ© dans l’Histoire des humains. On y suit notamment le parcours d’Addam, le prĂ©cĂ©dent Driver de l’Aegis Mythra. L’histoire est bien dirigĂ©e et permet de suivre comment Mythra est devenue Pyra, quelle vie ont eu des Blades du jeu principal avec leur prĂ©cĂ©dent Driver, etc.

Niveau adaptation et traduction, la version internationale a fait beaucoup de modifications de nommage. Les Blades sont en grande partie inspirĂ©es par la mythologie asiatique et pour l’internationale les traducteurs sont partis dans les mythes europĂ©ens. Ainsi, la Blade Byakko (de la mythologie chinoise) de Nia est devenue Dromarch (issu de Dormarch des mythes gallois), Suzaku est devenu Roc, etc. Du cĂŽtĂ© des noms des personnages, les principaux ont aussi eu leur petit changement : Pyra s’appelant Homura en japonais, Mythra, Hikari, Malos, Metsu, etc. Si pour les crĂ©atures mythologies le joueur moyen aura peut ĂȘtre plus de mal Ă  situer celles issues des mythes europĂ©ens ou scandinaves, les renommages de personnages sont plutĂŽt dans le thĂšme original et parlent mieux.

CĂŽtĂ© exploration, on en a clairement pour notre argent et Xenoblade 2 ne dĂ©roge pas aux rĂšgles de mondes ouverts fixĂ©es par ses prĂ©dĂ©cesseurs. Le jeu propose d’explorer de base 8 Titans et leurs CitĂ©s Etats lorsqu’il y en a une avec des dĂ©cors divers et variĂ©s. Certaines rappellent nĂ©anmoins Xenoblade : Gormott rappelle beaucoup la Jambe de Bionis (son thĂšme musical aussi), Uraya rappelle Satori Marsch, Genbu le Mont Valakk. Le cĂŽtĂ© vraiment impressionnant, c’est que pour le coup, les Titans sont cette fois bien vivants et en mouvement. Par exemple quand on se balade sur Gormott, on voit son cou et sa tĂȘte bouger. Aller dans les abords de la mer de nuage montre qu’il est en mouvement car il se dĂ©place.

La mer de nuage est ce qui ressemble le plus Ă  un ocĂ©an pour Xenoblade 2. Elle s’Ă©tend Ă  perte de vue et les Titans Ă©voluent en marchant dans celle-ci ou en volant au dessus. Ces mouvements gĂ©nĂšrent un flux de marĂ©e haute et basse qui peut varier selon l’heure du jeu, permettant d’accĂ©der Ă  des zones pas forcĂ©ment disponibles selon le niveau de marĂ©e. Les rĂ©cupĂ©rateurs dont fait partie Rex explorent cet ocĂ©an avec leurs combinaisons similaires Ă  des scaphandres et les cinĂ©matiques donnent toujours l’impression qu’il s’agit d’eau. Le joueur peut y nager en toute sĂ©curitĂ© pour se balader autour du Titan si ça lui chante.

Conclusion

En conclusion pour le dernier article de cette sĂ©rie, Xenoblade 2 est un trĂšs bon jeu qui a souffert d’un effet “sorti trop tĂŽt” et a donc marquĂ© par quelques irritants de gameplay corrigĂ©s plus tard. Le cĂŽtĂ© gashapon des sĂ©ances d’invocation des Blades apportait aussi une certaine frustration oĂč un Crystal Core censĂ© ĂȘtre rare faisait pop une Blade normale… Ceux qui ont dĂ©couvert le jeu plus tard aprĂšs sa sortie auront bĂ©nĂ©ficiĂ© de correction de pas mal d’irritants. NĂ©anmoins, son scĂ©nario est aussi prenant que le premier et le lien tissĂ© entre les deux est bien amenĂ©. Il ne reste dĂ©sormais plus qu’Ă  voir ce que Monolith et Nintendo nous proposerons pour le prochain opus de la sĂ©rie !