Densetsu Kyojin Ideon ("Le L√©gendaire G√©ant Ideon)", aussi connue sous le nom de Space Runaway Ideon, est une s√©rie t√©l√©vis√©e d’animation japonaise produite et diffus√©e √† partir de mars 1980. Elle fut √©crite et r√©alis√©e par Yoshiyuki Tomino, directement apr√®s Mobile Suit Gundam, sa plus c√©l√®bre licence. Et il faut croire que les deux ont eu le m√™me destin puisqu’elles furent toutes deux un √©chec d’audience √† leur premi√®re diffusion. Ideon √©tait initialement pr√©vue pour durer 43 √©pisodes, elle fut amput√©e pour s’arr√™ter √† 39. Cependant, comme Gundam, elle gagna un statut de s√©rie culte √† posteriori et deux films sortis en simultan√© en 1982 vinrent conclure la licence : A Contact qui recompile la s√©rie TV, puis Be Invoked qui r√©√©crit le final de la s√©rie en reprenant ce qui √©tait initialement pr√©vu.

Ideon se d√©roule en 2300, dans un futur lointain o√Ļ les terriens ont colonis√© d’autres plan√®tes. L’histoire d√©bute sur la plan√®te Solo dans la Galaxie d’Androm√®de o√Ļ un groupe d’arch√©ologues d√©couvre des vestiges attribu√©s √† celle qu’ils appellent la Sixi√®me Civilisation. Ceux-ci sont constitu√©s de trois immenses v√©hicules lourds et blind√©s et un vaisseau spatial appel√© le Solo Ship. Depuis six mois, les √©quipes d’ing√©nieurs et d’historiens tentent de comprendre le fonctionnement de ces engins, mais ils n’ont jamais r√©ussi √† les activer.

Les agissements des colons terriens sont d√©couverts par une autre civilisation, le Buff Clan. Karala Adjiba, la fille du dirigeant supr√™me du Buff Clan, d√©cide de son propre chef de descendre sur la plan√®te Solo pour observer ce que les terriens font. Elle est suivie par diff√©rents soldats qui craignent pour sa s√©curit√© et n’ont aucune id√©e de comment vont r√©agir les terriens. Apr√®s avoir perdu la trace de Karala, les soldats du Buff Clan d√©cident alors d’attaquer la colonie terrienne pensant que celle-ci aurait enlev√© ou tu√© Karala. Un groupe de jeunes terriens trouvera refuge √† l’int√©rieur des engins de la Sixi√®me Civilisation et ceux-ci s’activeront miraculeusement. Les appareils s’assembleront de leur propre chef pour former un robot g√©ant, le l√©gendaire Ideon.

Le d√©marrage de la s√©rie TV n’est clairement pas sans rappeler celui de Mobile Suit Gundam. A l’exception d’un √©tat de guerre inexistant √† son d√©marrage, nous retrouvons les m√™mes √©l√©ments : le protagoniste, Cosmo Yuki (ressemblant √† un Amuro Ray avec une coupe afro) est le fils du chef de l’exp√©dition arch√©ologique et devient le pilote d’une des trois machines, ambiance chaotique avec l’√©quipage du Solo Ship compos√© de militaires et de civils, fuite dans l’espace en √©tant poursuivi par l’ennemi, on est l√† sur un sch√©ma d√©j√† bien exploit√©.

Ce qui marque avant tout dans cette s√©rie, ce sont ses personnages qui sont horriblement obtus et intol√©rants. C’est v√©ritablement le marqueur principal de celle-ci : une haine ou d√©fiance irr√©m√©diable de l’autre, que ce soit en interne dans les deux camps antagonistes (les humains du Solo Ship ne se supportent que tr√®s peu, tout est pr√©texte √† dispute, la pr√©sence de Karala consid√©r√©e comme une espionne, etc) ou entre les deux parties qui sont incapables de trouver un terrain d’entente, la s√©rie annonce bien sa couleur. Ce qui va ponctuer ensuite le r√©cit, ce sont √©videmment toutes les batailles qui auront lieu entre le Solo Ship et Buff Clan qui continueront d’accentuer la haine mutuelle des deux esp√®ces entre elles malgr√© leur grande ressemblance. Au fil de l’histoire, le Solo Ship et son √©quipage aura de plus en plus le statut de paria m√™me au sein de sa propre esp√®ce.

L’autre th√®me principal de la s√©rie est √©videmment l’id√©e d’une √©nergie infinie appel√©e “Ide”. Obtenir cette √©nergie est l’un des enjeux de Buff Clan, qui a souffert d’une p√©riode difficile et s’est appuy√© sur ses anciens mythes pour partir √† la recherche de l’Ide. Etant une composante du Solo Ship et de l’Ideon, l’Ide deviendra rapidement l’enjeu premier de la s√©rie o√Ļ Buff Clan et m√™me les autres terriens tenteront tour √† tour de tuer l’√©quipage du Solo Ship pour en prendre possession. C’est √† ce moment l√† qu’on arrive √† l’une des autres caract√©ristiques d’Ideon : c’est une machine √† faire des deus ex machina. Tout le concept de l’Ide repose sur le fait qu’il s’agirait une entit√© dot√©e d’une conscience propre et qui cherche √† s’auto-d√©fendre. Cela se manifeste dans leur plan d’existence par un d√©gagement d’√©nergie infini, mais aussi le Solo Ship et l’Ideon qui deviennent subitement autonomes.

La s√©rie est ainsi une constante surench√®re d’attaques de Buff Clan ou trahison des terriens, √©v√©nements tragiques qui viennent √† provoquer un fort d√©sespoir et manifestations d’Ide qui amplifient le sentiment de peur des humains face √† lui. En effet, l’une des questions r√©currentes de la s√©rie est : si la Sixi√®me civilisation a pu concevoir des machines √† la puissance infinie, pourquoi s’est-elle √©teinte ? Dans son id√©e que l’Ide est une entit√© consciente, la derni√®re partie de l’histoire donne l’impression de voir des √©preuves inflig√©es aux humains. Un peu comme voulant tenter de voir si les deux camps antagonistes parviendront √† trouver un terrain d’entente.

N√©anmoins, l√† o√Ļ le b√Ęt blesse, c’est que la s√©rie est assez ennuyeuse et pr√©visible √† cause de √ßa. Le caract√®re obtus et immuable des personnages, ou les changements soudains de mentalit√©s, font que c’est parfois peu supportable √† suivre car s’en est √† la limite du caricatural. Egalement, le c√īt√© pr√©visible de la s√©rie est renforc√© par l’aspect Kill’em All de Tomino et le fait que l’Ideon fera un deus ex machina √† un moment donn√© pour sortir d’une situation d√©sesp√©r√©e (avec un peu, voire beaucoup de casse et de dommages collat√©raux).

En parlant du kill’em all, ceux qui connaissent les travaux du r√©alisateur le savent bien, Tomino s’est taill√© une r√©putation dans le fait de tuer ses personnages d’une mani√®re parfois brutale et violente. Ideon n’y fait pas exception et les trag√©dies s’encha√ģnent. Le film Be Invoked est √† lui tout seul un v√©ritable carnage qui a bien assis la r√©putation de Tomino sur ce point.

Il me para√ģt important d’avoir vu le film Be Invoked pour mieux int√©grer le final que la s√©rie n’a pas pu d√©velopper. Du fait de son interruption, le dernier √©pisode a beaucoup rush√© la fin de l’histoire qui est tr√®s brutale (dans tous les sens du terme). Le film reprend ainsi ce qui fut pr√©vu dans les 5 derniers √©pisodes annul√©s et am√®ne un final √† la fois surprenant et, √©tonnamment plein d’espoir, mais √† un prix tr√®s √©lev√©.