Encore une chose… est le sixi√®me et dernier √©pisode de la “trilogie en six parties” H2G2, sorti en octobre 2009 et √©crit par Eoin Colfer. Apr√®s la sortie des cinq autres volumes, Douglas Adams ressentait le besoin de conclure la s√©rie sur une note plus l√©g√®re car le dernier livre √©tait vraiment tr√®s sombre pour lui. H√©las, Adams d√©c√©dera en 2001 et n’aura pas pu donner suite √† son projet. Il aura finalement √©t√© √©crit √† partir des notes et id√©es qu’Adams aura consign√© sur papier et publi√© en 2009.

And Another Thing… commence l√† o√Ļ Mostly Harmless s’ach√®ve : Arthur Dent et sa fille Al√©a, Ford Prefect, et Trillian, sont sur Terre au Club Beta, et vont conna√ģtre une mort imminente car les Vogons sont en train de d√©truire la plan√®te. Ils sont revenus dans la r√©alit√© apr√®s avoir chacun v√©cu une vie enti√®re virtuelle dans un univers simul√© par le Guide version 2 qui leur a accord√© une existence selon leurs souhaits avant de mourir. Les r√©serves d’√©nergies du Guide v2 d√©clinant, leurs univers respectifs prirent fins et ils revinrent face √† la terrible r√©alit√© : une Terre en train d’√™tre d√©coup√©e en tranches par des rayons de la mort.

Alors que tout semble perdu, ils sont brusquement sauv√©s de la mani√®re la plus improbable qui soit par le Coeur-en-Or et Zaphod Beeblebrox. Cependant, Ford plantera accidentellement la seconde t√™te de Zaphod, depuis s√©par√©e de son corps et implant√©e comme ordinateur de bord du vaisseau √† la place d’Eddy, et le vaisseau se retrouvera bloqu√© au milieu de cet apocalypse. C’est √† ce moment-l√† qu’ils seront sauv√©s par l’immortel Wowbagger qui passait par l√† pour continuer son √©ternelle qu√™te d’insulte de l’univers entier.

Pendant ce temps, suite √† la destruction de la Terre, le Prostetnic Vogon Jeltz entendra parler de rumeurs faisant √©tat d’une colonie humaine ailleurs dans l’Univers. Ne pouvant laisser sa mission inaccomplie, il se mettra en qu√™te de celle-ci pour la d√©truire et exterminer l’humanit√© comme convenu. A bord du vaisseau de Wowbagger, Zaphod et ce dernier se lancent un d√©fi mutuel dont l’enjeu est de r√©ussir √† faire mourir l’immortel, las de son interminable existence. Ils partiront alors en direction d’Asgard √† la recherche de Thor qui devrait √™tre capable d‚Äôexhausser Wowbagger.

Bien qu’√©crit par un auteur diff√©rent, And Another Thing… parvient √† conserver une narration similaire √† celle que la s√©rie H2G2 a d√©velopp√© au fil du temps. On remarque tout de m√™me quelques diff√©rences o√Ļ par exemple les lieux de l’action sont indiqu√©s pour que le lecteur puisse suivre les multiples changements de sc√®nes qui s’encha√ģnent parfois rapidement au sein d’un chapitre. J’ai quand m√™me constat√© que l’humour √©tait assez diff√©rent, parfois un peu trop convenu. Le livre s’est permis d’ajouter une r√©f√©rence assez connue de la culture populaire avec Cthulhu qui faisait partie des divinit√©s en cours de recrutement pour fonder un culte sur la plan√®te Nano, la derni√®re colonie humaine.

L’un des ressentis principaux que j’ai eu avec ce dernier opus est qu’il est long, un peu trop m√™me. Il tra√ģne en longueur avec beaucoup de sc√®nes d’expositions car il se retrouv√© oblig√© de d√©velopper tous les √©l√©ments permettant de proprement conclure l’intrigue. Les diff√©rents arcs narratifs s’encha√ģnent correctement et leurs d√©veloppements parall√®les pour aller jusqu’√† la convergence finale sont bien ma√ģtris√©s, mais j’ai vraiment l’impression que le livre s’est senti oblig√© de d√©velopper beaucoup de choses.

Ne connaissant pas l’oeuvre de Colfer, je suis incapable de dire si c’est li√© √† son style d’√©criture ou le fait qu’il ait √©mul√© la narration tordue des H2G2, mais j’ai principalement regrett√© le fait que le livre tra√ģne en longueur et que l’humour soit globalement fade. Il y a eu assez peu de passages qui m’ont r√©ellement fait rire, √† peine sourire m√™me. Les personnages sont enferm√©s dans leur r√īle et √©voluent tr√®s peu, voire pas du tout, et en dehors d’une nouvelle romance qui se d√©veloppe durant cette histoire, c’est le calme plat. En elle-m√™me, l’histoire est bien ex√©cut√©e et dignement conclue avec une fin ni ferm√©e, ni ouverte, mais laissant comprendre que nous y sommes.

Au del√† de ses d√©fauts, le livre reste dans la lign√©e de la s√©rie H2G2 et a r√©ussi √† achever une aventure qui aura pu s’arr√™ter dignement apr√®s le d√©c√®s de son cr√©ateur. Un Univers toujours aussi barr√© et bard√© d’improbabilit√©s qui permet d’en voir de toutes les couleurs.