Xenoblade Chronicles est une s√©rie de RPG japonais qui a d√©but√© en 2010 sur la console Nintendo Wii. Dix ans et 2,5 autres titres plus tard, le jeu original est revenu sur la Nintendo Switch sous l’appellation Xenoblade Chronicles : Definitive Edition en version remasteris√©e. A cette occasion, je vous propose une petite s√©rie de billets sur cette jeune franchise qui a propos√© des excellentes exp√©riences vid√©oludiques, malgr√© des hauts et des bas.

La saga “Xeno”

Les amateurs de RPG japonais se rappelleront de pr√©c√©dents jeux intitul√©s “Xeno-quelquechose”. En effet, Xenoblade partage la m√™me paternit√© que le RPG Xenogears sorti en 1998 sur Playstation 1 et la trilogie Xenosaga sur Playstation 2, √† savoir le r√©alisateur Tetsuya Takahashi, et depuis fondateur et directeur du studio Monolith Soft. Il s’agit d’une m√©ta-s√©rie sans r√©elle connexion entre les jeux, mais partageant des bases communes. A titre personnel, je n’ai connu que Xenogears et n’ai jamais fait la trilogie Xenosaga, donc je ne m’√©tendrai pas beaucoup sur cette derni√®re.

Xenogears, l’√®re Squaresoft

xenogears1 Illustration ©Squaresoft

Xenogears est sorti en 1998 sur Playstation 1, d√©velopp√© et √©dit√© par celui qui s’appelait Squaresoft √† l’√©poque. Le sc√©nario original de Xenogears faisait partie des candidats √† la prochaine it√©ration de la s√©rie phare de Squaresoft : Final Fantasy. Cependant, le sc√©nario propos√© ne convenait pas pour l’opus Final Fantasy VII car jug√© trop sombre par Squaresoft pour la s√©rie. Le sc√©nario finira donc par donner naissance √† son propre jeu, Xenogears. Un peu comme Star Wars √† son √©poque, Xenogears devait √™tre une s√©rie de 6 √©pisodes. A cette √©poque d√©j√†, Takahashi voyait grand. Le jeu final est le cinqui√®me √©pisode de l’h√©xalogie pr√©vue.

Xenogears commence par une cin√©matique d’intro en dessin anim√© durant laquelle on voit un immense vaisseau spatial qui se fait soudainement pirater par la marchandise qu’il transporte : un syst√®me d’invasion plan√©taire m√©langeant intelligence artificielle et composants biologiques du nom de Deus aux capacit√©s proches de son nom. Refusant que cette arme d’une puissance inimaginable soit lib√©r√©e comme √ßa, le capitaine du vaisseau d√©cidera d’enclencher son auto destruction. Le vaisseau ira s’√©craser sur une plan√®te du syst√®me qu’il traversait et seule une femme √©mergera des d√©combres de celui-ci.

xenogears2 Illustration © Squaresoft

Environ 10 mill√©naires plus tard, le monde de Xenogears est le th√©√Ętre de combats supr√©matistes de la part de diff√©rents empires humains qui composent la civilisation de ce monde. Le protagoniste de l’histoire est un homme du nom de Fei Fong Wong, amn√©sique et d√©pos√© dans son village quelques temps auparavant par un homme masqu√©. Il se retrouvera embarqu√© dans les guerres entre les empires suite √† la destruction de son village qu’il aura caus√© en voulant sauver celui-ci. Pour ensuite √™tre aspir√© dans un autre combat aux enjeux bien plus grands que la dispute d’un bout de terrain, car Deus est en train de se r√©veiller et menace l’existence m√™me de leur monde.

Il est difficile de r√©sumer l’histoire de Xenogears car c’est un des RPG les plus denses qui aient √©t√© faits sur Playstation 1. L’histoire prend au bas mot quelques 60 heures de jeux et traverse de tr√®s longues phases de dialogues. Parmi les th√©matiques, nous retrouvons dedans des points qui seront tr√®s chers √† la Xeno-s√©rie : psychologie (Nieztsche, Freud, etc), religion Abrahamique, m√©lange de cr√©ationnisme et √©volution naturelle, etc. Mais aussi beaucoup de science fiction, du mecha, et des th√®mes inspir√©s de l’animation japonaise.

Xenogears n’a pas trop brill√© par sa qualit√© technique et son gameplay. Le jeu s’articulait sur des combats avec les personnages, mais aussi dans des mechas, les Gears, reposant sur des combos d’attaques proche d’un jeu de baston. Il poss√©dait des phases d’exploration de donjons et parfois de plateforme tr√®s aga√ßantes car la carte en 3D avait une cam√©ra qui n’√©tait pas toujours au point. Le jeu a √©galement souffert des choix strat√©giques de Squaresoft qui avait d√©cid√© de tout miser sur la licence Final Fantasy. Ainsi, le budget allou√© √† Xenogears se fera croquer pour aider √† financer les cin√©matiques du huiti√®me √©pisode de la s√©rie. Sans oublier la production du film “Les cr√©atures de l’esprit” qui mit s√©v√®rement Squaresoft dans la panade fini par entra√ģner la fusion avec Enix pour donner Square-Enix. Cela se ressent en faisant le deuxi√®me CD du jeu qui est au final plus un roman graphique qu’autre chose car les phases de gameplay ont √©t√© s√©v√®rement amput√©es et le joueur n’est libre de ses actions qu’√† la toute fin du jeu, le reste √©tant narr√© sous forme de longs dialogues entrecoup√©s d’exploration d’un donjon.

xenogears4 Illustration © Squaresoft

D√©√ßu par ces choix, Tetsuya Takahashi quittera Squaresoft en 1999 pour fonder son studio Monolith Soft. H√©las, l’univers de Xenogears n’ira pas au del√† du jeu actuel puisque la marque appartient √† son ancien studio.

Xenosaga, l’√®re Namco / Bandai-Namco

xenosaga Illustration © Namco / Monolith Software

Comme dit plus haut, je ne m’√©tendrai pas autant sur cette s√©rie car je ne l’ai jamais faite. La seule connaissance que j’en ai √©tant bas√©e sur l’adaptation anim√©e, visiblement d√©cri√©e par les fans de la licence.

Donc, suite au divorce entre Takahashi et Squaresoft, celui-ci montera le studio Monolith Soft avec la participation de Namco qui en sera le d√©tenteur. Le premier projet du studio sera Xenosaga, ne revendiquant aucune relation directe avec Xenogears mais restant spirituellement li√©s. Comme Xenogears, Takahashi verra les choses en grand et imaginera une nouvelle fois une hexalogie… Qui sera cette fois revue √† la baisse en trilogie.

Xenosaga Episode I : Der Wille zur Macht sortira en 2002 sur Playstation 2 au Japon. Le titre allemand est repris du manuscrit “La volont√© de puissance " attribu√© √† Nietzsche dont l’origine reste contest√©e. Le jeu est un space op√©ra qui a √©t√© tr√®s appr√©ci√© par la critique et s’est vendu √† plus d’un million d’exemplaires dans le monde. Il a donc accouch√© de sa suite en 2004, Xenosaga II Jenseits von Gut und B√∂se, au titre toujours inspir√© des √©crits de Nietzsche (Par del√† le bien et le mal). Enfin, le troisi√®me et dernier √©pisode Also Sprach Zarathustra est sorti en 2006, lui aussi titr√© selon Nietzche.

Bien que g√©n√©ralement appr√©ci√©e par la critique, la s√©rie n’atteindra pas les scores de ventes esp√©r√©s et chaque √©pisode fera moins bon que le pr√©c√©dent. Des √©l√©ments externes viendront aussi perturber Monolith Soft, car Namco aura entre temps fusionn√© avec Bandai et le changement de direction aura raison de la relation avec leur maison m√®re car celle-ci leur laissera moins de libert√© cr√©ative. Entre temps, Monolith se rapprochera de Nintendo qui finira par faire une offre d’acquisition du studio. Cependant, comme pour Xenogears, la licence Xenosaga restera propri√©t√© de Bandai Namco.

Xenoblade, l’√®re Nintendo

xenoblade Illustration © Nintendo / Monolith Software

Nous arrivons donc au sujet de ces billets. Ainsi, le studio Monolith Soft est rachet√© en 2007 par Nintendo et celui-ci lui sort quelques jeux sur Wii et Nintendo DS, dont le jeu d’action aux phases de rail-shooter Disaster : Day of Crisis. Cependant, le moral n’√©tait pas au beau fixe chez Monolith et Takahashi lance alors un nouveau projet de RPG inspir√© de ses Xeno-travaux.

A noter que je détaillerai les jeux dans des articles dédiés, cette section fera une rapide rétrospective.

Devant √™tre √† l’origine intitul√© “Monado : The Beginning of the world”, le jeu sera rapidement renomm√© Xenoblade Chronicles en hommage aux pr√©c√©dents travaux du studio. Apr√®s quelques reculs et une difficult√© √† sortir le jeu, il arrivera sur Wii en 2010 (avec une sortie europ√©enne plus t√īt que celle aux USA, ce qui est bien rare !) et obtiendra un grand succ√®s critique et commercial.

Cette fois, Takahashi semble avoir √©t√© raisonnable et n’a pas imagin√© de s√©rie en 6 √©pisodes avec un sc√©nario immens√©ment dense. Mais Xenoblade Chronicles n’en reste pas moins un RPG au sc√©nario bien touffu et √† l’histoire prenante malgr√© quelques incoh√©rences parfois, et qui faisait cracher ses tripes √† la Wii en proposant des gigantesques zones √† explorer.

Fort du succ√®s du jeu sur Wii, Nintendo d√©cidera de le faire porter sur la Nintendo 3DS. Bon l√†, autant dire qu’il vaut mieux s’en passer… Si la version Wii pouvait √™tre baveuse et floue en raison des restrictions techniques de la console versus une direction artistique du tonnerre, la version 3DS enfonce le clou et ne vaut pas le coup. Pour ses dix ans, Xenoblade Chronicles a √©t√© remasteris√© sur Nintendo Switch avec quelques changements esth√©tiques (notamment le design des personnages) et l’ajout d’un nouvel √©pilogue.

Plus tard, c’est Xenoblade Chronicles X (√† prononcer “Cross") qui sortira sur Wii U en 2015 apr√®s une paire d’ann√©es √† baver suite √† un trailer prometteur. Cross a √©t√© d√©fini comme √©tant une “suite spirituelle”. Retournant dans l’univers du space op√©ra avec des mechas, le jeu a cependant chang√© ses priorit√©s et le d√©veloppement s’est enti√®rement focalis√© sur l’exploration de la plan√®te Mira sur laquelle on √©volue. Si le gameplay et l’immersion exploratrice du jeu sont au top, il en a r√©sult√© une histoire tr√®s courte qui se compose de quelques chapitres durant en tout une vingtaine d’heures contre une cinquantaine pour le pr√©c√©dent jeu. Bien que le jeu soit parsem√© de qu√™tes annexes d√©veloppant son univers, on reste sur notre faim surtout √† cause d’un cliffhanger final qui fait comprendre que nous n’avons eu droit qu’√† un tout petit bout de ce qui √©tait imagin√© pour le jeu. Mais bordel, on veut une suite !

Xenoblade X s’est plut√īt bien vendu malgr√© le handicap qu’√©taient la Wii U et son bide commercial.

Enfin, nous arrivons en 2018 o√Ļ est sorti sur Switch celui qui est √† ce jour le dernier √©pisode de la s√©rie : Xenoblade Chronicles 2” et son extension “Xenoblade Chronicles 2 : Torna - The Golden Country”. Oui, parce que Torna c’est pas un petit DLC ajoutant un chapitre de 15 minutes, un skin de petite culotte et un personnage, c’est un chapitre complet du jeu qui se permet de revoir aussi les m√©caniques de son p√®re. Torna a par ailleurs √©t√© commercialis√© en tant que jeu autonome en support physique en plus d’avoir √©t√© propos√© dans le season pass du jeu initial.

Comme son titre l’indique, Xenoblade Chronicles 2 n’est pas la suite de Xenoblade Chronicles. Les deux jeux sont pourtant bel et bien li√©s, mais vous le d√©couvrirez faisant leur histoire (ou en lisant l’article qui sera d√©di√© √† Xenoblade 2). Xenoblade 2 retourne dans les traces de son grand fr√®re en revenant sur une histoire directrice et donc un sc√©nario plus long que pour Cross. Il se termine donc dans la m√™me dur√©e que Xenoblade premier du nom. Cet √©pisode reste dans les traces des autres niveau gameplay mais ajoute une nouveaut√© : les Blades. Les Blades sont la manifestation physique des armes des personnages, permettant de varier les r√īles (tank / heal / DPS) en plein combat et d’avoir une forte synergie entre les combattants.

Globalement, la s√©rie Xenoblade partage des √©l√©ments communs entre ses √©pisodes. Les zones √† explorer sont immenses et les mondes tr√®s vivants. En fait, ils sont m√™me litt√©ralement vivants car les peuples de Xenoblade et Xenoblade 2 √©voluent sur le corps de Titans (un Titan mort dans le cas du premier, des Titans vivants pour le second) qui sont en mouvement et produisent ce qui est propice √† une vie florissante. Xenoblade X se d√©roule sur une vraie plan√®te, mais les √©v√©nements parfois mystiques qui s’y d√©roulent donnent une l’impression que le monde est dou√© d’une volont√© qui lui est propre.

Parmi les points communs, nous avons √©galement des sortes de mascottes en la pr√©sence des Nopons. Les Nopons sont des boules de poils utilisant leurs immenses oreilles comme mains √† la place de leurs petits bras, au comportement infantile mais √† la fibre commerciale et cupidit√© extr√™mement d√©velopp√©es. Les Nopons sont assez perturbants quand on les regarde de pr√®s, car leur c√īt√© mignon et enjou√© en font des cr√©atures adorables, mais leur √©gocentrisme et esprit possessif d√©montre parfois une certaine cruaut√© na√Įve. Par exemple Riki, le personnage Nopon que l’on peut jouer dans Xenoblade, est le “H√©ropon de l’ann√©e”, le grand h√©ros du village Nopon… Mais en fait il a eu le titre parce qu’il a cumul√© √©norm√©ment de dettes aupr√®s de ses comparses et leur chef a d√©cid√© qu’il partira √† l’aventure comme H√©ropon et s’il revient, ses dettes seront effac√©es. Une gentille fa√ßon d’esp√©rer qu’il aille au casse pipe et qu’on s’en d√©barrasse !

Une autre constante est la pr√©sence de ruines d’anciennes civilisations apparemment tr√®s avanc√©es que nous d√©couvrons au travers de qu√™tes annexes ou de l’exploration dans les trois jeux. Que ce soit les ruines des G√©ants du premier Xenoblade, les installations du continent d’Oblivia dans Cross, ou encore le fait que les Titans de Xenoblade 2 aient des √©l√©ments biom√©caniques dans leur corps, sans oublier les mechas tels que Siren qui apparaissent dedans.

Les jeux Xenoblade sont √©galement tr√®s inspir√©s de l’animation japonaise et notamment du genre Nekketsu, avec des personnages qui se lancent dans une grande qu√™te, rencontrent leurs amis en chemin et avancent continuellement malgr√© les obstacles et l’adversit√©.

L’avenir de la s√©rie

Dans la mesure o√Ļ Xenoblade est une franchise √† succ√®s et propri√©t√© de Nintendo, il est √©vident qu’elle risque de voir appara√ģtre d’autres √©pisodes. Cependant, Monolith semble garder une certaine libert√© et autonomie sur ses projets.

Avec la sortie de la Definitive Edition du premier jeu, les yeux sont tourn√©s vers Cross avec l’espoir d’avoir la licence compl√®te sur Switch. Dans une interview, Takahashi a estim√© qu’une suite de Cross √©tait possible. Le producteur de la s√©rie, Koh Kojima a, quant √† lui, exprim√© la volont√© de voir un Xenoblade Chronicles 3 ainsi qu’un Xenoblade Chronicles X2.

Un des freins qu’on peut noter cependant est que Monolith √©tant un studio tierce partie appartenant √† Nintendo, il est de ce fait tr√®s r√©guli√®rement mis √† contribution par la firme de Kyot√ī sur ses grands projets. Ainsi, Monolith a notamment particip√© au d√©veloppement des Zelda non port√©s d’une pr√©c√©dente console tels que Skyward Sword, A Link Between Worlds et bien √©videmment Breath of the Wild pour sa grande ma√ģtrise des mondes ouverts et de l’exploration. Mais √©galement √† d’autres grosses sorties Nintendo telles que Splatoon 1 et 2, Animal Crossing : New Leaf et New Horizons, etc. Donc forc√©ment, cela ralenti quelque peu le studio sur ses propres projets.

Bref, si Xenoblade est une franchise √† succ√®s, pour le moment elle n’est pas non plus en capacit√© de sortir beaucoup de jeux. Cela dit ce n’est pas plus mal, √ßa permet au studio de se concentrer sur chaque opus et proposer de nouvelles exp√©riences.