Snowpiercer - Le Transperceneige

Snowpiercer est une s√©rie t√©l√©vis√©e produite par le r√©seau am√©ricain TNT et diffus√©e √† l’international sur Netflix. Au premier abord, elle ne m’avait pas int√©ress√© plus que √ßa. Probablement la miniature de la s√©rie qui ne m’emballait pas ou le synopsis pr√©sent√© qui me donnait l’impression d’√™tre une √©ni√®me r√©√©criture du Crime de l’Orient Express sur fond d’univers post-apocalyptique. Apr√®s tout, m√™me Doctor Who a bien eu droit √† sa version avec un train dans l’espace, digne d’une s√©rie de Leiji Matsumoto. Mais j’ai saut√© le pas apr√®s de bons √©chos de la part de mon entourage, et il s’av√®re que j’ai plut√īt bien appr√©ci√© celle-ci au final.

Illustration © TNT

Attention, ce billet contiendra des spoilers !

La s√©rie se passe dans un futur proche o√Ļ pour lutter contre les effets d’un r√©chauffement climatique provoqu√© par les guerres et l’activit√© humaine, les scientifiques tent√®rent de refroidir la plan√®te mais l’exp√©rience tourna au d√©sastre. La Terre est d√©sormais une boule gel√©e √† -100¬į hostile √† la vie, un √©v√©nement connu sous le nom du Grand Gel. Pour sauver les restes de l’humanit√©, un industriel milliardaire du nom de Wilford a affret√© un immense train long de 16km avec ses 1001 wagons dans lequel un environnement auto suffisant cl√īt a √©t√© √©labor√©. Tract√© par une locomotive √† mouvement perp√©tuel, le train embarque √† son bord plusieurs milliers de passagers issus de diverses milieux sociaux, mais aussi plus d’une centaine de clandestins confin√©s √† l’arri√®re du train qui ont embarqu√© au p√©ril de leur vie lors du d√©part. Le Transperceneige effectue 2,7 r√©volutions autour du monde,soit 133 jours par cycle, depuis son point de d√©part √† Chicago il y a 7 ans et ne peut s’arr√™ter sans quoi il finirait bloqu√© par le froid en quelques minutes et ses passagers condamn√©s.

Ce microcosme est r√©git par un ordre √©tabli par Wilford et sa compagnie, et mis en oeuvre d’une main de fer. Cependant, la s√©paration des classes avec les riches de Premi√®re, les privil√©gi√©s de Seconde, et les ouviers de la Troisi√®me provoque de r√©guli√®res tensions quant √† la forte s√©gr√©gation qui reigne √† bord. Le tout accentu√© par les clandestins de l’Arri√®re (appel√©s les “Sans tickets”) qui ont tent√© √† plusieurs reprises de sortir de leur wagon cargot pour rejoindre la trois√®me et vivre avec un peu plus que les miettes des miettes et le m√©pris permanent.

Un nouvel √©v√©nement viendra changer les choses au sein de cette bombe √† retardement. Des corps d’ouvriers de 3√®me classe d√©membr√©s et √©mascul√©s ont √©t√© retrouv√©s et ces crimes perturbent fortement la direction du train qui craint pour l’√©quilibre pr√©caire de leur soci√©t√©. Pour r√©soudre cette affaire, ils doivent se r√©signer √† demander l’aide de la seule personne comp√©tente en mani√®re d’enqu√™te de police √† bord du Transperceneige, Andre Layton, qui fait partie des clandestins de l’Arri√®re. Layton finira par accepter d’aider en utilisant cette possibilit√© d’arpenter le train pour mettre en place les fondations d’une r√©volution tant esp√©r√©e par l’Arri√®re, oppress√©e par la Premi√®re classe qui n’a d’autre souhait que de d√©tacher leurs wagons et s’en d√©barasser.

Snowpiercer est donc une s√©rie de science fiction se pla√ßant dans un univers dystopique post-apocalytique, avec comme th√®mes la lutte des classes, l’injustice sociale, la survie et la s√©gr√©gation. Elle est bas√©e sur un film sud corr√©en du m√™me nom sorti en 2013 et s’inscrit dans le m√™me univers sous forme d’un reboot. Tous les deux sont adapt√©s de la bande dessin√©e fran√ßaise Le Transperceneige publi√©e entre 1982 √† 1983 dans le mensuel “(A Suivre)” puis √©dit√©e en album en 1984. La BD conna√ģtra plusieurs suites avec deux nouveaux albums entre 1999 et 2000. Je n’ai jamais vu le film, donc la s√©rie a √©t√© une d√©couverte de l’univers.

La s√©rie gravite autour de deux personnages principaux : Layton, l’ancien inspecteur de police faisant partie des “sans tickets” et M√©lanie Cavill, la directrice de la Conciergerie du train et voix de Wilford, qui vit depuis le d√©part coup√© du monde dans sa locomotive. Soit les deux grands oppos√©s qui vont devoir collaborer en vue de maintenir l’ordre √©tabli. Bien √©videmment, la collaboration est difficile. Layton est ancr√© dans son objectif de faire sortir ses compatriotes de l’Arri√®re et essaye de faire tout ce qu’il peut pour instiguer les graines de sa r√©volte. De son c√īt√©, Cavill applique avec une main de fer les directives de Wilford et se doit de r√©soudre toutes les probl√®mes du train : les caprices des Premi√®res classe, l’intendance, les incidents diverses, mais aussi tout ce qui peut garantir la continuit√© du voyage du Transperceneige. La s√©rie se d√©veloppe donc principalement sur la lutte des classes avec des √©v√©nements qui mettent de plus en plus le feu √† la poudri√®re dont notamment l’histoire de meutre. Si Layton parvient √† l’√©lucider assez vite, les actions qui en d√©couleront (tribunal, etc) envenimeront encore plus la situation car il y a √©galement des batailles politiques. En effet, la Premi√®re classe commence √† avoir des doutes quant √† la bonne direction du train et surtout le fait que Wilford ne se manifeste qu’au travers de Cavill, communiquant que par messages √©crits ou radio, pensant ainsi que M√©lanie a une trop forte influence sur lui et sur le train. La classe ouvri√®re menace de faire gr√®ve, risquant de paralyser le train puisqu’elle en est la main d’oeuvre, et l’Arri√®re formente constamment sa r√©volte. D’une certaine fa√ßon, cette s√©rie rappelle beaucoup le huit-cl√īt survivaliste qu’√©tait la s√©rie r√©imagin√©e de Battlestar Galactica avec les m√™mes crises internes, il ne manque que les Cylons. C√īt√© crise externe, la s√©rie aura son petit lot d’incident avec le circuit du train qui est de plus en plus pertub√© par l’ext√©rieur : avalanches, obstacles, avaries, tout est l√†. On apprend rapidement par ailleurs dans la s√©rie que chaque r√©volution est de plus en plus longue, instiguant ainsi le doute pour le spectateur quant au fait que leur “Loco √©ternelle” ne l’est pas tant que √ßa. Ce sentiment est par ailleurs confirm√© par diff√©rents dialogues des ing√©nieurs de celle-ci qui savent que le concept du train √† mouvement perp√©tuel est viable, mais qu’√† l’usure il ne tiendra pas sans pi√®ces de rechanges… Et celles-ci se font de plus en plus rares. Plusieurs √©pisodes imposeront une certaine tension sur le fait que le train doit maintenir une vitesse critique pour rester auto suffisant entre l’√©nergie produite par la motrice et la capacit√© des batteries qui permettent de subvenir aux besoins de ses occupants.

Globalement, j’ai beaucoup appr√©ci√© le personnage de M√©lanie Cavill qui pr√©sente de nombreuses facettes. De prime abord, elle semble √™tre la repr√©sentante de Wilford et intendante du train, mais tr√®s rapidement la s√©rie montre qu’elle est l’un des ing√©nieurs qui ont con√ßu le Transperceneige et que Wilford est un mythe. Le spectateur le comprend tr√®s vite par ailleurs, la foi envers ce personnage invisible met rapidement la puce √† l’oreille, il s’agit en effet d’une quasi religion parmi les occupants (au point que les personnages font un signe en W de la m√™me mani√®re que le signe de croix chr√©tienne et parlent de sa “Sainte Loco”). M√©lanie entretient donc ce mythe et joue la double casquette avec ses coll√®gues dans la Motrice qui sont les seuls au courant du pot aux roses (ainsi qu’un autre personnage de Seconde). Il s’av√®re que Layton le d√©couvrira en menant son enqu√™te sur le meutre des Troisi√®mes et que M√©lanie l’enfermera dans un tiroir pour √©viter que cela ne s’√©bruite. Les tiroirs sont officiellement les prisons du train. Il s’agit de caissons de stase dans lesquels le sujet est endormi et son m√©tabolisme ralenti par un cocktail m√©dicamenteux. Plus officieusement, ce dispositif est exp√©rimental dans l’espoir de pr√©server les sujets en cas de catastrophe… Mais les s√©quelles de ceux qui en sont sortis sont tr√®s lourdes : d√©sorientation, tr√®s forte d√©pendance √† la drogue utilis√©e dedans, perte de facult√©s cognitives, etc. Layton est quant √† lui un personnage qui m’a un peu moins int√©ress√© car beaucoup trop tranch√©. Certes coh√©rent avec le fait que l’Arri√®re a v√©cu 7 ans dans le noir de leur wagon cargot et a nourri une forte rancoeur contre la soci√©t√© du Transperceneige, mais parfois j’ai trouv√© les choix et orientations dict√©s par un sc√©nario qui ne rend pas forc√©ment honneur √† l’intelligence du personnage. Du c√īt√© des personnages secondaires, ceux-ci sont assez clich√©s et au final leur √©volution est tr√®s convenue. Nous avons par exemple Till, la jeune agent de s√©curit√© qui accompagne Layton dans son enqu√™te, en couple avec une femme de Seconde (Till √©tant de Troisi√®me), et rapidement tiraill√©e par la s√©gr√©gation sociale du Train (notamment parce qu’elle la vie en partie). Son coll√®gue Oz est une brute sur fond de rat√© social qui se d√©foule sur les passagers de l’Arri√®re quant il le peut et deale de la drogue avec l’Arri√®re pour assoir sa domination sur eux. Leur chef est le clich√© du bon soldat droit dans ses bottes et ferme sur ses principes, mais qui sait embrasser le bon camp au bon moment gr√Ęce √† un pragmatisme √† toute √©preuve. Quant aux personnages de Premi√®re, c’est un album photo de riches trous du culs qui estiment avoir tout le m√©rite du monde, bien que quelques voix dissonantes s’√©l√®vent dans le lot.

C’est niveau narration que j’ai particuli√®rement bien appr√©ci√© la s√©rie car les √©pisodes ont su distiller progressivement les d√©clencheurs des √©v√©nements et l’ouverture des pots aux roses ont √©t√© globalement bien maitris√©es. J’ai cependant un gros regret quant √† la surr√©action de celui concernant Wilford, trouvant le comportement de certains personnages surfait. Probablement dict√© par un sc√©nario qui met en avant la foi quasi religieuse dans le personnage et son oeuvre et qui a donc provoqu√© une r√©action au blasph√®me. Visuellement, la s√©rie se d√©fend bien avec des d√©cors tr√®s contrast√©s (par contre peu vari√©s, toujours les m√™mes utilis√©s) entre les diff√©rents wagons et leur attribution (agriculture, aquarium, premi√®re luxueuse, etc). Le gros contraste vient avec la Motrice qui est extr√™mement high-tech dans son cockpit, l√† o√Ļ tout le reste du train poss√®de un c√īt√© diesel punk dans ses coulisses. Un b√©mol sur les CGI des sc√®nes ext√©rieures qui sont de pi√®tre qualit√© et dignes d’un t√©l√©film du d√©but des ann√©es 2000 et √† l’int√©gration tr√®s vilaine lorsqu’il y a des personnages devant. Probablement l’un des effets de son d√©veloppement chaotique, la s√©rie ayant mis 3 ans √† √™tre produite √† cause de nombreux d√©saccords entre les producteurs et les diffuseurs. La premi√®re saison a √©t√© tourn√©e entre 2017 et 2018 et la photographie de la seconde a commenc√© en 2019. Cependant, le tournage a √©t√© interrompu en mars 2020 en raison de la pand√©mie du COVID-19.

Je retiens donc de cette premi√®re saison de Snowpiercer une s√©rie prometteuse avec un potentiel int√©ressant car elle se base sur un univers qui a √©t√© pas mal d√©velopp√©. Intigu√© par celui-ci, j’ai d√©cid√© de me procurer les bandes dessin√©es apr√®s avoir termin√© la premi√®re saison. Ce sera l’occasion de faire un prochain billet pour en parler et √©voquer la qualit√© de l’adaptation.