La troisi√®me saison de la s√©rie Star Trek: Discovery s’est achev√©e sur Netflix le 7 janvier dernier apr√®s 13 √©pisodes. Il s’agit d’une saison que j’ai plut√īt bien appr√©ci√© apr√®s une seconde qui me donnait l’impression de partir dans tous les sens. Un des soucis que je voyais avec Discovery, c’est qu’elle se retrouvait dans le terrain balis√© de la s√©rie pr√©quelle en se positionnant avant la s√©rie originale. Cette troisi√®me saison a permis √† Discovery de s’√©manciper de cette zone de confort pour aller l√† o√Ļ aucune s√©rie Star Trek n’a √©t√© auparavant.

Illustration © CBS Network

La notion de pr√©quelle est souvent difficile √† g√©rer du point de vue narration car lorsque les √©v√®nements de la s√©rie montent en puissance, le spectateur sait pertinemment que l’univers continue derri√®re… Donc au final la pression de l’intrigue et le suspense se ratatinent face √† la continuit√© chronologique d√©j√† √©crite. Voir un USS Enterprise r√©tro futuriste dans la saison 2 √©tait agr√©able √† l‚ÄôŇďil mais qui aurait cru une seule minute que le vaisseau aurait √©t√© d√©truit durant la bataille finale ou m√™me le Capitaine Pike tu√© ? La saison 2 s’ach√®ve donc sur une grosse bataille et le USS Discovery √©tant d√©sormais devenu la cible de tous les enjeux, son √©quipage d√©cide de fuir l√† o√Ļ personne n’ira les chercher dans le but de sauver l’univers connu : 900 ans dans le futur. Un sacrifice qui restera absent de toutes les m√©moires car la F√©d√©ration a du classer secret d√©fense l’existence du Discovery, du Spore Drive, et l’√©quipe de l’Enterprise est tenu sous confidentialit√©. Officiellement, le Discovery a donc √©t√© d√©truit pendant l’exercice de ses fonctions et tout l’√©quipage a p√©rit.

Tiens, en apart√©, les acteurs ayant incarn√© des personnages iconiques durant la saison 2 tels que Anson Mount qui a jou√© Christopher Pike et Ethan Peck dans le r√īle de Spock seront pr√©sents dans un spin-off intitul√© Star Trek: Strange New Worlds dont la production se fera en 2021. Celle-ci se placera donc en tant que pr√©quelle de la s√©rie originale puisque narrant l’√©pop√©e du USS Enterprise sous le commandement de Pike.

Donc, 900 ans plus tard, Michael Burnham sort du trou de ver lui ayant permis de guider le Discovery vers cette √©poque, mais durant sa chute elle s’√©crase contre le vaisseau de Cleveland Booker “Book” (jou√© par David Ajala) et les deux se posent en catastrophe sur une plan√®te voisine. Burnham se rend compte qu’elle est seule, elle n’a aucune nouvelle de son vaisseau ni de l’√©quipage et commence √† imaginer le pire. Sa rencontre avec Book lui permettra de recouvrer ce qui s’est pass√© depuis ce presque mill√©naire tout en essayant de cacher en vain le fait qu’elle vient d’un lointain pass√©. Elle apprendra alors que la F√©d√©ration des Plan√®tes Unies n’existe presque plus en raison d’une catastrophe d’ampleur galactique qui s’est produite environ un si√®cle auparavant : The Burn. Cet √©v√®nement consiste en la destruction simultan√©e de tout le dilithium de la galaxie et des vaisseaux ayant un Warp Core actif √† ce moment-l√†. Les voyages interstellaires se sont alors r√©duits et les syst√®mes ont red√©couvert l’isolement. De nouvelles puissances se sont form√©es alors que la F√©d√©ration se d√©sagr√©geait, avec d√©sormais une nouvelle dominatrice du nom d'Emerald Chain. Cette puissance essentiellement bas√©e sur le capitalisme mercantile use de tous les moyens pour reconstruire la civilisation, quitte √† piller et asservir des populations de plan√®tes non √©veill√©es √† la distortion. Michael devra s’int√©grer dans ce nouveau monde avec l’aide de Book tout en continuant de chercher o√Ļ se trouve le reste de la F√©d√©ration mais aussi le Discovery. Un an apr√®s, le vaisseau sortira finalement du trou de ver et l’√©quipage d√©couvrira lui aussi combien le monde a chang√©.

Comme dit en introduction, Star Trek: Discovery s’est donc √©mancip√©e du confort de la pr√©quelle pour d√©velopper l’univers lointain. Elle se place donc dans un univers qu’on pourrait qualifier de post-apocalyptique car ayant subit une violente r√©gression dans les capacit√©s de transport et de d√©placement au sein de la galaxie. Les diff√©rents enjeux de la s√©rie seront donc la reconstruction de la F√©d√©ration, mais aussi la recherche sur les causes du Burn. Globalement, la s√©rie est toujours dans les m√™mes codes avec notamment l‚Äôambigu√Įt√© constante du personnage de Burnham et de son syndrome du h√©ros. Le personnage de Burnham est souvent assez difficile √† suivra √† cause de √ßa je trouve, parfois il tombe dans le caricatural. Heureusement, il est compens√© par le reste du casting de la s√©rie qui rel√®ve le niveau du personnage. Le nouveau personnage Book me semble √™tre l√† justement pour √©quilibrer moralement Burnham qui est constamment en mode serious business. Cependant, Burnham s’am√©liore sur la fin de la saison et le personnage devient lui-m√™me mieux √©quilibr√©. A c√īt√© de √ßa, l’√©quipage du Discovery s’int√®gre dans sa nouvelle √©poque malgr√© les difficult√©s et le moral de celui-ci √©tait bris√© durant les premiers √©pisodes de la s√©rie apr√®s avoir r√©alis√© les sacrifices qu’ils ont du faire. L’un des √©l√©ments centraux de la s√©rie est aussi le couple Culbert/Stamets qui est fortement mis en avant via le nouveau personnage d’Adira qui est jou√© par Blu del Barrio, un acteur √† l’identit√© de genre non binaire qui apporte une vision int√©ressante dans la s√©rie. Le personnage d’Adira poss√®de en effet une multiplicit√© de facettes car il est porteur d’un symbiote contenant la m√©moire de ses anciens porteurs, dont son petit ami Gray qui est mort dans un accident durant lequel le symbiote a √©t√© transf√©r√© en Adira. Le personnage de Tilly est √©galement fort bien d√©velopp√© gr√Ęce √† sa progressive prise de responsabilit√©s au fil de la saison. Le seul √† √™tre r√©ellement constant au final est Saru qui continue d’√™tre dans la ligne directrice habituelle de son attachement √† la F√©d√©ration, mais qui garde cet aspect de sage au sein de l’√©quipage tout en ayant depuis pris la responsabilit√© de capitaine.

Niveau visuel, la s√©rie en jette toujours autant et profite de ce bond mill√©naire pour revoir une partie de son esth√©tique. Ainsi, le Discovery est modernis√© avec un style neon proche de Tron et une tonalit√© de couleurs plus monochrome orient√©e bleue. Ses nacelles ne sont d√©sormais plus physiquement attach√©es au vaisseau mais maintenues par des ancres magn√©tiques. Le design du vaisseau de Book est compl√®tement d√©lirant car celui-ci change de forme en r√©organisant sa structure, donnant droit √† des sc√®nes d’action visuellement prenantes. Quelques √©l√©ments technologiques sympathiques √©galement tels que les t√©l√©porteurs personnels via les badges, qui font aussi office de terminaux tr√®s avanc√©s, et des consoles bas√©es sur une mati√®re programmable changeant de forme et r√©agissant par connexion mentale.

Globalement, Star Trek: Discovery saison 3 m’a beaucoup plut surtout parce qu’elle s’est d√©cid√©e √† faire de la nouveaut√© et cette libert√© cr√©atrice lui a fait un bien fou. Elle a r√©ussi √† reprendre les codes de la licence tout en les projetant dans un univers tr√®s lointain avec des marques, des concepts, et une philosophie qui est √† la fois inspir√©e de l’original, mais qui a su d√©velopper sa propre branche. La s√©rie a √©t√© renouvel√©e pour une quatri√®me saison, esp√©rons qu’elle saura continuer sur cette bonne voie.