Garbage Collector


The little space of a writer, tinkerer, and a coffee addict

Le Transperceneige - La BD - L'intégrale

Le Transperceneige - La BD - L'intégrale

Le Transperceneige - L’int√©grale

Apr√®s avoir pr√©sent√© la bande dessin√©e originale du Transperceneige, nous commen√ßons par le premier livre qui est un regroupement des trois albums : Le Transperceneige, L’Arpenteur, et La Travers√©e. Bien que les trois aventures se suivent, j’essayerai de limiter les spoilers sur l’histoire.

Le Transperceneige

transperceneige Illustration © Casterman

Le Transperceneige est donc le premier album de la s√©rie, initialement pr√©publi√© dans “(A Suivre)” et sorti en album en 1984.

Apr√®s une catastrophe environnementale qui a provoqu√© une nouvelle √®re glaci√®re, les restes de l’humanit√© survivent confin√©s dans un immense train long de 1001 wagons, le Transperceneige.

Proloff est un passager des wagons de queue, surnomm√©s les “queutards”, et m√©pris√©s par les autres √† cause d’une r√©bellion de leur part qui s’est achev√©e en bain de sang. L’arri√®re du train a fini par condamner l’acc√®s √† leurs wagons. Proloff est parvenu √† sortir de l’arri√®re et s’est rapidement fait arr√™ter par les militaires assurant la garde. Mis en quarantaine, il est rejoint par Adeline Boisseau, une jeune id√©aliste membre d’un collectif militant pour int√©grer les “queutards” au reste des passagers.

Contre toute attente, ils finissent par √™tre convoqu√©s par le Colonel Krimson. Pour le rejoindre, ils traverseront sous l’escorte des militaires diff√©rents wagons. Au fil de la remont√©e, ils d√©couvriront des wagons produisant des ressources consid√©r√©es comme disparues par la majorit√© des passagers, √† destination des privil√©gi√©s des wagons dor√©s.

Krimson voulait les voir car le train a pour projet de se s√©parer des wagons de l’arri√®re. En effet, la motrice fatigue et ne parvient plus √† tracter toute sa charge. Il requi√®re leur aide pour faire avancer les occupants des wagons de l’arri√®re. Cependant, Proloff d√©couvre rapidement que Krimson a l’intention de s√©parer les wagons avec leurs occupants et se rebellera alors.

Le premier album du Transperceneige pr√©sente d√©j√† plusieurs aspects qu’on retrouve dans la s√©rie TV. La s√©gr√©gation, la lutte des classes, le survivalisme, les th√®mes sont communs et abord√©s de la m√™me fa√ßon. On constatera √©galement que la foi quasi religieuse envers Wilford dans la s√©rie est originaire de l’ordre religieux de la Sainte Loco qui poss√®de un v√©ritable clerg√© √† bord du Transperceneige.

Dans la BD, le train voyage depuis beaucoup plus longtemps que la s√©rie. Cela a bien √©videmment contribu√© √† agraver les comportements sociaux et on ressent tout au long de la lecture une sorte d’abandon g√©n√©ral. Il n’y a pas r√©ellement de sentiment d’espoir dans cette histoire, c’est tr√®s noir et le trait glacial de Rochette accentue constamment le d√©faitisme ambiant. Le Transperceneige est presque un tombeau roulant de gens qui voguent vers une mort in√©luctable. La premi√®re classe est repr√©sent√©e d’une fa√ßon beaucoup plus d√©cadente par rapport √† la s√©rie o√Ļ la luxure, la prostitution, voire les orgies, sont monnaie courante, jouissant de ressources plus rafin√©es que l’autre partie du train. La travers√©e du train montre √©galement des wagons devenus des zones de non droit, o√Ļ m√™me les militaires font attention et ne s’aventurent que lorsque cela est n√©cessaire.

L’histoire pose √©galement de nombreuses questions complotistes. En effet, selon Proloff, le froid s’est abattu subitement et le Transperceneige √©tait d√©j√† pr√™t √† embarquer de nombreuses personnes. L’origine de la catastrophe n’est pas r√©ellement connue et c’est l’activit√© humaine qui est principalement point√©e du doigt, notamment une guerre nucl√©aire. Une image d’archive pr√©sente le Transperceneige comme √©tant un luxueux train de croisi√®re autonome r√©utilis√© pour √™tre une arche de sauvetage, justifiant de sa capacit√© √† produire ses propres ressources. Cependant, les personnages de l’album n’ont pas beaucoup de connaissances de l’ancien monde et peu d’√©l√©ments d’archives seront pr√©sent√©s, donc on ne sait pas r√©ellement si les informations donn√©es dedans sont vraies ou non. Proloff n’√©voquera jamais avec les personnages les conditions des “queutards”, mais plusieurs phases d’introspection montreront une surpopulation bien plus √©lev√©e que ce que la s√©rie TV ne pr√©sentait. L’incident du suicide du doyen pr√©sent√© dans la s√©rie Netflix est d’ailleurs originaire de cet album. Il s’agit de l’un des rares √©l√©ments que Proloff partagera √† Adeline. Enfin, on y retrouve le concept d’ing√©nieur en chef reclus dans la Locomotive que Proloff rencontrera lors de sa r√©bellion en s’enfuyant vers la motrice. La diff√©rence avec la s√©rie est qu’il ne s’agit pas du milliardaire industriel, mais du cr√©ateur du concept de mouvement perp√©tuel qui s’est confin√© √† cause de ce qu’√©tait devenu la population du train.

Un dernier aspect int√©ressant de l’√©criture est qu’elle est ponctu√©e de quelques rimes de po√©sie. Les cases de narration sont toutes √©crites en vers, racontant l’√©ternel voyage du Transperceneige.

L’Arpenteur

larpenteur Illustration © Casterman

L’Arpenteur est le premier album de la suite √©crite en 1999 par Benjamin Legrand, et toujours mis en image par Jean-Marc Rochette. Le trait de ce dernier est diff√©rent du dessin de 1982. Les planches du Transperceneige √©taient proches du monochrome et les traits taill√©s au couteau. Ici, Rochette prend un style noir et blanc avec des d√©grad√©s de gris. Le trait est plus flou et proche d’une peinture, mais alterne aussi avec des lignes nettes et franches.

Le Cr√®ve-Glace a perdu tout contact avec le Transperceneige depuis quelques temps et vit d√©sormais dans la peur d’une collision. Pour s’y pr√©parer, le Conseil en charge du train a d√©cid√© de mettre en place les exercices de freinages. Profitant de l’arr√™t du train, ils envoient des explorateurs en ext√©rieur, les Arpenteurs. Lors de cette premi√®re sortie, seul un survivant parviendra √† rentrer et dispara√ģtra de nouveau. Dix-sept ans plus tard, Puig Vall√®s est un Arpenteur qui se pr√©pare √† participer √† un nouvel exercice de freinage. D√©sob√©issant √† un ordre durant l’exercice, il est alors en repr√©sailles faussement accus√© de la mort d’un de ses co√©quipiers et se voit condamner √† des travaux d’int√©r√™t g√©n√©raux. Qui sont en r√©alit√© des missions suicides.

Puig est envoy√© √† bord d’un avion √† l’ext√©rieur du Cr√®ve-Glace pour observer la voie ferr√©e √† une distance que les Radaristes du train ne peuvent voir. Il d√©couvrira que le pont par lequel ils doivent passer est d√©truit et reviendra pour avertir le train. Cependant, le Conseil voulant sa mort, ils ignoreront la communication et refuseront sont retour, tentant m√™me de l’abattre avec les tourelles du train. Puig menacera alors de s’√©craser contre le train et de le faire d√©railler. Sa communication sera alors retransmise dans tous le train par Val, sa petite amie et fille du conseiller Kennell, ce qui obligera le Conseil √† revoir sa position. Manipulant l’information, ils feront de Puig un sauveur du train ayant alert√© du danger imminent. Pour conserver son silence, ils l’int√®greront au Conseil et Puig d√©couvrira alors les nombreux mensonges √©mis par le gouvernement autocrate du train et son clerg√©.

L’Arpenteur reprend en grande partie les concepts de base du Transperceneige en les d√©veloppant un peu plus. Le Cr√®ve-Glace est dirig√© par un Conseil comprenant un “pr√©sident” non √©lu, le repr√©sentant du culte de la Sainte Loco, le chef de l’arm√©e, et autres. Ce Conseil ment constamment et maintient l’ordre par la peur de la collision avec le Transperceneige, muet et consid√©r√© comme errant sur les voies, en r√©p√©tant ses exercices de freinage pour contr√īler la population. En plus de √ßa, il a mis en place un loto avec lequel les passagers peuvent gagner des voyages en r√©alit√© virtuelle r√©alis√©s par Val Kennell, la fille du pr√©sident. Celle-ci ignore compl√®tement toutes les machinations de son p√®re et du Conseil, pensant exprimer son art.

C’est dans L’Arpenteur et ses suites que sont introduits les tiroirs prison qu’on d√©couvre aussi dans la s√©rie TV. Le Cr√®ve-Glace disposant un gouvernement dictatorial, il y enferme ses diff√©rents opposants ou autres √©l√©ments g√™nants quand il ne fait pas d’ex√©cution sommaire. Parmi les autres √©l√©ments ajout√©s, il y a des exp√©riences faites sur des enfants en vue de renforcer leur tol√©rance au grand froid et esp√©rer faire √©voluer leur code g√©n√©tique de mani√®re √† pouvoir vivre dans les conditions extr√™mes de la plan√®te. Dans cet opus, nous retrouvons les m√™mes conflits sociaux m√™l√©s √† beaucoup plus de politique mais aussi √† du complotisme. En plus du culte de la Sainte Loco qui est ici beaucoup plus exacerb√© qu’√† bord du Transperceneige se trouve une autre secte connue sous le nom des Cosmosiens. Ceux-ci proph√©tisent une th√©orie selon laquelle ils ne sont pas √† bord d’un train mais d’un vaisseau spatial √† la recherche d’une nouvelle plan√®te habitable. Les exercices de freinage √©tant, selon eux, des arr√™ts sur des ast√©ro√Įdes pour collecter des ressources. Le groupuscule le plus extr√™miste ira jusqu’√† faire un attentat pour prouver ses dires.

Les conspirations politiques √©tant au coeur de l’histoire de L’Arpenteur, celle-ci se d√©veloppera forc√©ment sur une r√©bellion et un √©clatement de diverses mouvances politiques, qui se d√©veloppent dans l’album suivant.

La Traversée

latraversee Illustration © Casterman

La Travers√©e est la suite directe de L’Arpenteur, elle est sortie en septembre 2000 et toujours r√©alis√©e par le m√™me duo.

Le Cr√®ve-Glace a d√©tect√© un signal radio diffusant de la musique qui semble provenir de l’autre c√īt√© de l’oc√©an gel√©. Puig Vall√®s d√©cide alors de suivre ce signal car il pense qu’il doit s’agir de survivants. En sortant les chenilles install√©es sur la motrice et une dizaine de premiers wagons, et se s√©parant du reste du convoi, le Cr√®ve-Glace sortira de son chemin trac√© pour suivre ce fameux signal.

Cependant, cette aventure ne sera pas de tout repos. Les conditions de vie à bord se dégradent et des révoltes grondent de plus en plus.

Si L’Arpenteur a pr√©sent√© la poudri√®re, La Travers√©e en est l’allumette qui fera tout exploser. La r√©volte est d’une grande violence et la pression des diff√©rentes parties prenantes de l’histoire se ressent bien. On assiste √©galement √† un conflit qui est non seulement politique, mais religieux car les pr√™tes de l’ordre de la Sainte Loco pr√™chent constamment au retour sur les voies pour suivre leur chemin sacr√©. On notera que le signal radio musical a √©t√© repris aussi dans la s√©rie TV de Neflix lors du dernier √©pisode pour amorcer la seconde saison de la s√©rie.

Pour conclure ce billet sur L’Int√©grale du Transperceneige, je dirais qu’il s’agit d’une oeuvre de science fiction se d√©roulant un univers post-apocalyptique tr√®s noir. La s√©rie TV est certes tr√®s pessimiste, mais l’ambiance de celle-ci est, malgr√© la forte violence de certains passages, √† cent lieux de la morosit√© constante de la bande dessin√©e. La combinaison du sc√©nario pr√©sentant un train roulant sur les rails du d√©sespoir et de l’abandon coupl√© √† un dessin froid et pr√©sentant des visages syst√©matiquement graves donne une exp√©rience narrative perturbante… Mais aussi prenante. La lecture s’encha√ģne et bien qu’on ait souvent une id√©e du d√©roulement des √©v√©nements, on a envie de continuer pour savoir jusqu’o√Ļ cette histoire va aller.


ūüďĎ Table of Contents

ūüďö Read my latest book

Follow me on Mastodon

ūüŹ∑ÔłŹ All Tags ūüďĄ All Posts ūüóļ Sitemap RSS Feed