Xenoblade Chronicles est ainsi le premier de la sĂ©rie. Il a Ă©tĂ© annoncĂ© durant l’E3 2009 pour une sortie sur Nintendo Wii le 10 juin 2010 au Japon, puis le 19 aout 2011 en Europe et le 6 avril 2012 aux USA. Après un portage New Nintendo 3DS plutĂ´t dĂ©gueulasse et une sortie sur la console virtuelle de la Wii U de l’original, il a Ă©tĂ© remasterisĂ© sur Nintendo Switch en 2020 Ă  l’occasion de ses dix ans avec un Ă©pilogue supplĂ©mentaire et quelques Ă©lĂ©ments de gameplay hĂ©ritĂ©s des Xenoblade plus rĂ©cents sans pour autant changer le jeu.

Ce billet n’a pas pour objectif d’ĂŞtre un test du jeu ou autre prĂ©tention. Je prĂ©senterai le jeu et partagerai mes impressions personnelles Ă  son sujet.

xenoblade © Nintendo/Monolith Software

Gameplay

Xenoblade est jeu de rĂ´le se passant dans un monde ouvert oĂą les combats sont en temps rĂ©el sur la carte, les ennemis Ă©tant directement affichĂ©s dessus. Il s’inspire beaucoup des codes du MMORPG avec la trinitĂ© du tank/heal/DPS, les ennemis pouvant vous attaquer Ă  vue, la possibilitĂ© de fuir un combat Ă  tout moment, etc. L’un des mots d’ordre de Xenoblade est la libertĂ©. Le joueur possède une grande libertĂ© d’exploration et de mouvement Ă  travers ses dĂ©placements sur Bionis. En effet, grâce Ă  de nombreux points de tĂ©lĂ©portation utilisables Ă  volontĂ© (et sans contreparties), le joueur pour aller et venir comme bon lui semble. Il faut dire qu’avec un nombre de quĂŞtes annexes très Ă©levĂ© et beaucoup de missions du type “fedex”, cette mĂ©canique de tĂ©lĂ©portation est indispensable. Mis Ă  part lors des sĂ©quences d’arrivĂ©e dans une nouvelle zone oĂą la quĂŞte principale interrompera l’exploration le temps de dĂ©rouler quelques phases de scĂ©nario, le joueur peut très vite explorer les nouvelles zones qu’il dĂ©couvre.

Cependant, toute cette libertĂ© accordĂ©e au joueur l’est aussi au prix de quelques incohĂ©rences de gameplay. Par moment, le scĂ©nario amènera Ă  ce qui semble ĂŞtre un point de blocage, mais pourtant on pourra s’en aller via la tĂ©lĂ©portation et revenir quand bon nous semble (mĂŞme si parfois le scĂ©nario bloque la fonction). Ces lĂ©gères incohĂ©rences sont aussi lĂ  pour donner du plaisir Ă  jouer et Ă©viter que le joueur ne se sente bloquĂ© ou lĂ©sĂ© Ă  un moment.

Autres Ă©lĂ©ments de confort, il est possible de sauvegarder Ă  tout moment sur la carte. Definitive Edition a par ailleurs ajoutĂ© la sauvegarde automatique, fonctionnalitĂ© des jeux modernes qui Ă©tait pourtant absente mĂŞme dans Xenoblade Chronicles 2. Disposant de cycles jour/nuit avec les changements qui l’accompagne (des PNJ seront lĂ , d’autres non, des monstres plus puissants apparaĂ®tront la nuit, etc), le joueur a la possibilitĂ© de changer Ă  tout moment l’heure du jeu. Des effets mĂ©tĂ©orologiques sont Ă©galement de la partie et certaines quĂŞtes ne pourront s’effectuer que selon un climat spĂ©cifique.

Le système de combat est en temps rĂ©el. Le joueur contrĂ´le un personnage et les autres le sont par l’ordinateur. Durant les combats, le joueur peut se dĂ©placer librement autour de l’adversaire et sĂ©lectionne ses attaques dans une barre d’outils de 8 emplacements. Au fil de l’Ă©volution, le personnage acquiert de nouvelles techniques et il faudra alors crĂ©er des combinaisons selon les rencontres ou le rĂ´le du personnage. Le système dispose de combos et d’enchaĂ®nements de techniques qui permettent de tirer un fort avantage en combat. Par exemple, le premier combo appris se dĂ©roule avec Shulk qui dĂ©sĂ©quilibre l’adversaire et Reyn qui le fait tomber, entraĂ®nant une forte vulnĂ©rabilitĂ© de l’ennemi pendant qu’il est Ă  terre. C’est d’ailleurs le seul moyen au dĂ©but du jeu de combattre les Mechons.

Durant les combats, les personnages peuvent interagir entre eux pour se motiver ou se dĂ©fendre. Un perso se fait endormir ? Allez Ă  cĂ´tĂ© de lui pour le rĂ©veiller. Le moral est en berne ? Encouragez-le et regagnez des points de vie au passage ainsi que de l’affinitĂ©. L’affinitĂ© est l’une des mĂ©caniques principales du système car au fil du combat, une barre de motivation se remplit. Elle est divisĂ©e par palliers de 3 tiers et sert Ă  la fois de monnaire pour rĂ©veiller un personnage KO (coĂ»te un tiers), mais aussi lorsqu’elle est Ă  100% elle permet de lancer une attaque chainĂ©e. Lorsque l’attaque chainĂ©e est dĂ©clenchĂ©, le temps se fige et le joueur choisi une technique lancĂ©e pour chacun des personnages. Plus le combo est efficace, plus il a des chances de poursuivre l’enchaĂ®nement avec un petit QTE qui permet de remonter la barre d’affinitĂ©. Ce QTE peut aussi apparaĂ®tre en combat pour avoir un bonus de relation entre les personnages. Un dernier Ă©lĂ©ment notable sont les visions de Shulk pendant les combats. Si un personnage est sur le point de recevoir un coup fatal, le jeu montrera l’avenir et commencera un compte Ă  rebours avant le moment fatidique. Le joueur a ainsi la possibilitĂ© d’avertir d’un des autres personnages ou de faire une contre mesure pour Ă©viter d’avoir un personnage KO.

Enfin, parmi les principales mĂ©caniques du jeu se trouve le tableau d’affinitĂ©. Cette grande carte prĂ©sente en fait tous les personnages non joueurs que l’Ă©quipe aura croisĂ© au fil de son aventure qui habitent le monde de Xenoblade. Egalement, ce tableau retournera l’affinitĂ© entre les personnages. Plus le niveau est Ă©levĂ©, plus leur capacitĂ© Ă  enchaĂ®ner les combos sera bonne. L’affinitĂ© monte tout simplement en jouant les personnages, mais aussi en faisant des heart to heart, une courte scĂ©ance de dialogue avec des textes Ă  choix qui, si vous faites les bons, augmenteront l’affinitĂ© entre les personnages concernĂ©s. L’Ă©quipe a Ă©galement une une rĂ©putation auprès des diffĂ©rentes rĂ©gions qui monte en rĂ©alisant des quĂŞtes.

L’un des reproches qui furent fait contre Xenoblade Ă  sa sortie est que l’abondance des quĂŞtes annexes fait rapidement progresser les personnages. Ceci peut provoquer un dĂ©phasage entre le niveau des personnages et celui de la quĂŞte principale, induisant une plus grande facilitĂ© dans l’accomplissement de celle-ci. Monolith a rĂ©pondu Ă  cette critique dans la Definitive Edition en ajoutant le mode “Expert” hĂ©ritĂ© de Xenoblade 2 qui permet de stocker l’expĂ©rience reçue dans un compte Ă  part et le joueur a tout le loisir de la distribuer pour garder une montĂ©e en niveaux cohĂ©rente.

Histoire

Xenoblade commence avec un prologue expliquant la génèse de leur monde. Au commencement des temps, les titans divins Bionis et Mechonis se battaient sans relâche. Ce combat aurait pu durer une éternité mais il prit fin lorsque les deux titans finirent par se transpercer mutuellement avec leurs épées, Mechonis perdant son bras gauche au passage. Les deux dieux se turent à ce moment et ne bougèrent plus, leurs corps vidés de leur énergie vitale.

Pendant une durĂ©e indĂ©terminĂ©e, la vie s’est dĂ©veloppĂ©e sur le corps des deux titans. Une vie organique sur Bionis et une vie robotique sur Mechonis. Mais les principales nouvelles espèces, les Homs et les Mechons, ont hĂ©ritĂ© de cette rivalitĂ© et se mirent Ă  leur tour Ă  se battre.

bionis et mechonis © Nintendo/Monolith Software

Plusieurs siècles après ces premiers affrontements, les Homs mènent un assaut dĂ©sespĂ©rĂ© Ă  la Sword Valley contre le bastion d’invasion des Mechons. Avec dans leurs rang Dunban, le porteur de la Monado, et ses deux amis Dickson et Mumkhar. Affrontant les hordes de Mechons jusqu’Ă  l’Ă©puisement, ils finissent par repousser l’assaut au prix de lourdes sĂ©quelles physiques pour Dunban, dont le corps est soumis Ă  rude Ă©preuve par la puissance de la Monado. Dickson et Dunban seront les seuls Ă  revenir du combat, Mumkhar ayant paniquĂ© et fuit en espĂ©rant revenir pour reprendre la Monado après, mais il sera tuĂ© par les Mechons.

Un an après, les Homs semblent gouter Ă  la paix mais en restant sur le qui vive. Cette paix a coĂ»tĂ© bien trop cher, les Colonies 6 et 9 sont les derniers bastions Homs de Bionis, et Dunban n’est plus en capacitĂ© de manier la Monado sans risquer sa vie. Shulk est un jeune ingĂ©nieur de 18 ans spĂ©cialisĂ© dans la fabrication d’armes de la Colonie 9. Il Ă©tudie depuis tout ce temps la Monado pour essayer de percer ses secrets et d’en tirer de quoi crĂ©er des armes efficaces contre les Mechons. En effet, la Monado est la seule arme capable de transpercer leur armure. Alors qu’il accomplissait une tâche assignĂ©e Ă  son ami d’enfance Reyn avec l’aide de Fiona, la soeur cadette de Dunban, une sirène se dĂ©clenche et le ciel s’assombri : les Mechons sont de retour. Shulk essayera de dĂ©fendre avec ses amis la Colonie 9 et devant l’incapacitĂ© de Dunban Ă  reprendre la Monado, il se saisira de l’Ă©pĂ©e et se dĂ©couvrira la possibilitĂ© de la manipuler sans subir de lourdes sĂ©quelles sur son corps. ArmĂ© de la Monado, utilisant son aura permettant d’affaiblir l’armure des Mechons et les brèves visions qu’elle lui procure, ils combatteront les Mechons jusqu’Ă  l’arrivĂ©e d’un nouvel ennemi : un Mechon avec un visage et une façon de combattre totalement inĂ©dite. ElĂ©ment le plus pertubant, la Monado n’a aucun effet contre son armure… Durant un combat dĂ©sespĂ©rĂ© contre cet adversaire impitoyable, Fiora finira par se faire tuer par cet ennemi qui battera ensuite en retraite avec le reste des Mechons.

ArmĂ© de la Monado et bien dĂ©cidĂ© Ă  se venger de celui qu’ils ont surnommĂ© Metal Face pour le meurtre de leur amie, Shulk et Reyn quittent la Colonie 9 pour partir en quĂŞte du bastion des Mechons Ă  la Sword Valley. Leur première Ă©tape sera la Colonie 6 dont ils s’inquiètent de ne plus avoir de nouvelles depuis…

shulk © Nintendo/Monolith Software

metal face © Nintendo/Monolith Software

Avis

Voici donc le dĂ©marrage de Xenoblade, sur une quĂŞte de vengeance bien comme il faut en fait. Le dĂ©but du jeu pose rapidement les bases du scĂ©nario principal avec la quĂŞte de revanche contre les Mechons. L’attaque de la Colonie 9 est par ailleurs assez violente et les cinĂ©matiques mettant en scène Metal Face dĂ©montrent d’une forte cruautĂ© et cruditĂ© dans les actes. Au passage, on notera que le personnage de Metal Face a Ă©tĂ© renommĂ© pour l’international car son nom japonais est Kuroi Face, soit “Black Face”, ce qui n’aurait pas Ă©tĂ© de bon goĂ»t Ă  l’international.

Petite prĂ©cision rapide, si j’ai tendance Ă  utiliser les noms anglais, c’est parce que j’ai l’habitude de faire mes jeux dans cette langue.

Globalement, l’histoire de Xenoblade est bien ficelĂ©e et la narration donne envie de voir la suite. Les chapitres s’enchainent Ă  bon rythme et il est difficile lors de sa première partie de ne pas chercher Ă  continuer pour savoir ce qui va se passer après. C’est un peu ce qui m’est arrivĂ© avec la dĂ©couverte du jeu sur Wii Ă  l’Ă©poque et qui a fini par me faire rater beaucoup de quĂŞtes annexes car les zones concernĂ©es devenaient inaccessibles passĂ© un moment clĂ© du scĂ©nario. Après, le jeu propose un New Game + permettant de conserver la progression des personnages et de refaire le contenu du jeu auquel on est passĂ© Ă  cĂ´tĂ©.

Comme souvent dans les J-RPG, l’histoire prend un tournant majeur vers la moitiĂ© et change la perspective que nous avions et ce que nous pensions comme acquis dans le jeu. Si l’on est attentif Ă  diverses dĂ©tails, il est possible d’anticiper quelques retournements de situation ou d’identifier des Ă©lĂ©ments suspects. Mais ceux-ci sont plutĂ´t bien distillĂ©s et si l’on y prĂŞte pas attention, on peut s’attendre Ă  de belles surprises.

En redĂ©couvrant le jeu via la Definitive Edition, j’ai pu constater qu’il ont grandement amĂ©liorĂ© certains aspects de gameplay qui pouvaient ĂŞtre parfois inconfortables. Le jeu a rĂ©cupĂ©rĂ© des Ă©volutions issues de ses petits frères (par exemple la barre de progression qui dĂ©croĂ®t pour indiquer la durĂ©e d’un effet, etc) et il me semble qu’il en introduit aussi des nouveaux qu’on aura surement l’occasion de voir dans de prochains jeux. Je pense notamment au suivi de quĂŞtes sur la Carte de la zone oĂą la minimap indique une trajectoire. De souvenir des trois Xenoblade, l’emplacement Ă©tait indiquĂ© mais pas le chemin. Cela pouvait conduire Ă  des situations parfois très agaçantes, notamment dans le 2, car l’accès au point considĂ©rĂ© comme devant soit nĂ©cessite en fait de faire 4 fois le tour du monde. Dans Xenoblade on tournait beaucoup en rond pour savoir oĂą se trouvait un mob de quĂŞte ou un objet. Cette fonction de tracking (qui est un standard pour beaucoup de RPG modernes en fait) est donc la bienvenue. Et pour ceux qui trouveraient que ça apporte trop de facilitĂ©, il leur suffit de ne pas activer le suivi. On ne peut le faire que pour une seule quĂŞte de toute façon. Les menus ont Ă©tĂ© Ă©galement entièrement refaits, ils avaient une tendance Ă  ĂŞtre assez bordĂ©liques.

Autre aspect fortement changĂ© qui a bien entendu marquĂ©, le charac design du jeu a Ă©tĂ© revu. Non pas que celui de Xenoblade Ă©tait mauvais, bien au contraire, mais je pense qu’ils ont voulu se rapprocher de l’esthĂ©tique de Xenoblade 2 pour maintenir une certaine continuitĂ© artistique. Ci après une vidĂ©o comparative des changements eshtĂ©tiques entre les deux versions.

Quelques musiques ont Ă©galement Ă©tĂ© rĂ©orchestrĂ©es, mais pas la totalitĂ©. Cela aurait demandĂ© trop de temps mais aussi de revoir le montage de certaines cinĂ©matiques comme l’indiquaient les producteurs dans une interview accordĂ©e Ă  Gamekult. J’ai principalement notĂ© le thème de boss qui a Ă©tĂ© revu avec quelques rĂ©arangements. L’OST de Xenoblade est globalement excellent par ailleurs. Il a Ă©tĂ© composĂ© Ă  12 mains (Mamami Kiyota, le groupe ACE+ composĂ© de 3 membres, Yoko Shimomura et Yasunori Mtsuda) et arrive Ă  garder une grande cohĂ©rence musicale. Chaque zone du jeu possède un thème diurne et un thème nocturne plus calme qui met dans une ambiance totalement diffĂ©rente. Pour l’anecdote, Yasunori Mitsuda est le compositeur des musiques de Xenogears et son travail sur ce jeu Ă©tait très bon Ă©galement. Cela dit, il n’a au final Ă©crit que la chanson de fin de Xenoblade Chronicles.

Parmi les autres ajouts de la Definitive Edition, il y a le Time Attack, une sĂ©rie de dĂ©fis Ă  affronter qui Ă©voluent au fil des niveaux et permettent de dĂ©bloquer des rĂ©compenses. Enfin, le jeu a ajoutĂ© le mode “cinĂ©ma” issu de Xenoblade 2 qui permet de revoir les cinĂ©matiques du scĂ©nario en jouant sur les paramètres d’Ă©quipement, de climat et d’heure.

Globalement que dire sur Xenoblade … C’est un excellent jeu qui a une très grande durĂ©e de vie. Ma sauvegarde sur Wii enregistrait quelques 150 heures de jeu Ă  l’Ă©poque sans avoir pu faire la totalitĂ© du contenu. Il n’est pas exempt de dĂ©fauts, de combats frustrants, d’IA un peu conne pour les personnages contrĂ´lĂ©s par l’ordinateur, ou d’animations un peu bizarres lors des cinĂ©matiques (la dĂ©marche de Melia est digne d’un fantasme d’otaku…). Mais ces petits dĂ©fauts sont compensĂ©s par une histoire prenante et un gameplay qui permet d’enchaĂ®ner les combats et l’exploration comme on veut. Je n’irai pas jusqu’Ă  dire qu’il a Ă©tĂ© rĂ©volutionnaire ou autre car je n’ai pas la prĂ©tention d’ĂŞtre un expert en la matière. Mais chose sĂ»re, il a Ă©tĂ© un jeu marquant sur Wii et le revoir sur Switch est un rĂ©gal.

A bientĂ´t pour le prochain billet qui parlera de Xenoblade Chronicles X.